☠️ L’Unité 731

Découvrez la terrible Unité 731 ou 731 部隊 (Nana-san-ichi butai en japonais). Responsable des crimes les plus notoires de l’armée japonaise.

unité 731 japon

L’Unité 731 aussi appelée Manshu Detachment 731, Unité Ishii ou Kamo Detachment: 198 était une unité secrète de recherche et développement en matière de guerre biologique et chimique de l’armée impériale japonaise.

Elle était officiellement connue sous le nom de Département de prévention des épidémies et de purification de l’eau de l’armée du Kwantung (関東軍防疫給水部本部) et a été reconnue par le gouvernement japonais en 2002.

Elle s’est engagée dans l’expérimentation humaine létale et la fabrication d’armes biologiques pendant la deuxième guerre sino-japonaise (1937-1945) et la deuxième guerre mondiale.

12 chercheurs de l’Unité 731 arrêtés par les forces soviétiques ont été jugés lors des procès pour crimes de guerre qui se sont tenus à Khabarovsk en décembre 1949.

Ceux qui ont été capturés par les États-Unis ont secrètement bénéficié de l’immunité en échange des données recueillies au cours de leurs expériences sur des êtres humains.

À lire aussi sur dondon.media : 💣 Pourquoi les Japonais ont attaqué Pearl Harbor

En avril 2018, les Archives nationales du Japon ont divulgué une liste presque complète de 3 607 membres de l’Unité 731 à Katsuo Nishiyama, professeur à l’Université des sciences médicales de Shiga.

Aujourd’hui il ne reste que quelques bâtiments ouverts au public ainsi que les témoignages de certains scientifiques japonais pour témoigner de l’Unité 731.

☠️ Les tests et les victimes de l’Unité 731

L’Unité effectuait régulièrement des tests sur des êtres humains déshumanisés et désignés en interne comme des « bûches » : injections de maladies, déshydratations contrôlées, expériences en chambre hypobare, tests d’armes biologiques, vivisections (qui duraient de quelques minutes à 3h), amputations et tests d’armes.

unité 731

Le projet nom de code « Maruta » avait pour but d’utiliser des hommes dans des expériences où les cobayes étaient ainsi sujets à des sévices sans anesthésie après que par exemple différents virus leur aient étés inoculés. Les scientifiques tentaient d’observer les dommages causés sur les tissus. Certains étaient exposés à des explosions de grenades ou servaient de cibles à des lance-flammes par exemple.

Sur d’autres victimes on coupait des membres pour mesurer le sang perdue ; sur d’autres encore on prélevait tout ou partie d’un organe pour étudier ses effets.

Les victimes de l’Unité 731 comprenaient – en plus de soldats prisonniers -des bébés, des enfants et des mères enceintes. Ces dernières étaient de différentes nationalités, mais la majorité d’entre elles étaient chinoises.

En outre, les armes biologiques produites par l’Unité 731 ont été utilisées dans des régions de Chine non occupées par les forces japonaises, notamment dans des villages chinois où l’on inoculait à la population la peste, le choléra entre autres maladies.

unité 731 dead

En plus des pertes étrangères, 1 700 soldats japonais au Zhejiang ont été tués par leurs propres armes biologiques alors qu’ils tentaient de libérer l’agent létal.

Les estimations du nombre de personnes tuées par l’Unité 731 et ses programmes connexes vont jusqu’à plus d’un demi-million de personnes.

Des milliers de tonnes d’armes chimiques et bactériologiques ont été enterrées en Chine et continuent de faire des victimes…

☠️ D’où vient l’Unité 731

Créée à l’origine par la police militaire Kenpeitai de l’Empire du Japon, l’Unité 731 a été reprise et commandée jusqu’à la fin de la guerre par le général Shirō Ishii, un officier médecin de combat de l’armée du Kwantung.

Basée dans le district de Pingfang à Harbin, la plus grande ville du Mandchoukouo (elle disposait de succursales actives dans toute la Chine et en Asie du Sud-Est) :

L’installation elle-même a été construite en 1935 en remplacement de la forteresse Zhongma, et Ishii et son équipe l’ont utilisée pour étendre leurs capacités de travail.

L’unité 731 était divisée en 8 divisions :

  • Division 1 : recherche sur la peste bubonique, le choléra, l’anthrax, la typhoïde et la tuberculose sur des sujets humains vivants (dont une prison pouvant contenir environ quatre cents personnes)
  • Division 2 : recherche d’armes biologiques utilisées sur le terrain, en particulier la production d’appareils pour la propagation de germes et de parasites
  • Division 3 : production d’obus contenant des agents biologiques
  • Division 4 : production en masse et stockage de bactéries
  • Division 5 : formation du personnel
  • Divisions 6, 7 et 8 : équipements, médecine et administration

Cette Unité et son programme ont reçu le soutien du gouvernement japonais jusqu’à la fin de la guerre en 1945.

Pour aller plus loin

  • Ma no 731 butai : témoignages d’anciens militaires japonais diffusés sur la chaîne TBS en 1975 et 1976.
  • Kizu, les fantômes de l’Unité 731 : enquête au Japon, montrant des témoignages d’anciens militaires japonais, diffusée sur France 2 le 29 juillet 2005.
  • Les héritiers du Docteur Mengele, diffusé sur Arte le mardi 18 mai 2010 à 10h50
  • World Justice, Unit 731, Nightmare in Manchuria : raconte l’historique de l’Unité avec des témoignages d’anciens membres ayant participé à des expérimentations.
  • Camp 731 / Men behind the su : fiction chinoise réalisé en 1988 par Tun Fei Mou.
  • Philosophy of a Knife : fiction sur les expériences et tortures infligées par l’Unité 731.

Pour recevoir les derniers articles dondon.media dès leur publication suivez-nous sur Facebook, Instagram, Twitter, par email ou flux RSS 💕

Auteur/autrice : Louis Senpai

Auteur #Actus, #BonsPlans, #Guides, #Culture, #Insolite chez dondon media. Chaque jours de nouveaux contenus en direct du #Japon et en français ! 🇫🇷💕🇯🇵

Vous avez la parole 👇