🦹‍♂️ La délinquance au Japon

Le taux de criminalité au Japon est faible néanmoins le Livre blanc du ministère de la Justice japonais décrit bien la délinquance du pays.

La délinquance au Japon

La sécurité de la société japonaise est indéniable et les chiffres de la délinquance au Japon sont éloquents, notamment le vol et les crimes avec arme… Leurs taux sont pratiquement inexistant comparé aux autres pays comme la France ou les USA

Globalement le taux de criminalité au Japon va de faible à modéré dans les villes comme dans les campagnes. Par exemple le taux d’homicides volontaires du Japon pour 100 000 habitants est le plus bas du monde, soit 0,3 pour 100 000 habitants ! Autre fait marquant l’abus de drogues est presque indétectable par rapport aux autres nations industrialisées et se limite principalement aux stimulants.

Cependant des problèmes existent et des crimes subsistent sur l’archipel, découvrez dans cet article l’étendu de la délinquance, des faits divers criminels et de la mafia du Japon !

🚨 Crime organisé : les Yakuza

Les yakuzas (ヤクザ) existent au Japon bien avant la période récente. De nos jours, ces derniers se présentent souvent comme les sauveurs des vertus traditionnelles japonaises et nouant parfois des liens avec des groupes traditionalistes épousant les mêmes vues, attirant les citoyens non intégrés dans la société japonaise moderne.

À lire aussi sur dondon.media : 🗾 Visiter le Japon en jeux vidéo (ils vous donneront envie d’y aller)

Après une pression policière dans les années 1960, les petits gangs ont soit disparu, soit commencé à se regrouper en grandes organisations.

En 1990, trois grands syndicats, Yamaguchi-gumi, Sumiyoshi-kai, Inagawa-kai, dominaient le crime organisé dans le pays et contrôlaient plus de 1 600 gangs et 42 000 gangsters. Depuis, leur nombre a augmenté puis diminué en fonction de la conjoncture économique.

Les lois ont évolué et sont devenues de plus en plus strictes. Les yakuzas opéraient autrefois dans une quasi-impunité, ils n’ont désormais plus le droit d’ouvrir de compte bancaire, de posséder une carte de crédit, d’obtenir une assurance, ou encore de signer un contrat de ligne téléphonique.

Aujourd’hui les groupes de yakuzas restent estimés à plusieurs milliers. Bien que concentrés dans les plus grandes préfectures urbaines, ils opèrent dans la plupart des villes et bénéficient toujours de la protection de personnes de haut rang.

🦹‍♂️ Les gangs pseudo-Yakuza

À partir de 2013, l’Agence nationale de police japonaise a reclassé les gangs de motards Chinese Dragons et Kanto Rengo de même que les bosozoku comme des organisations  » pseudo-yakuza « .

Ce dernier terme bosozoku (暴走族) désigne au Japon les clans de motards et d’automobilistes qui s’adonnaient à la conduite dangereuse en faisant un maximum de bruit (les accidents et les décès de circulation consomment d’importantes ressources pour l’application de la loi au Japon).

💻 Nouveaux crimes et délits au Japon

Désormais les crimes associés à la numérisation et la globalisation préoccupent particulièrement la police japonaise.

L’augmentation de la richesse et de la sophistication technologique a donné naissance à de nouveaux crimes en col blanc difficile à punir : les attaques informatiques, l’usurpation d’identité et les vols carte de crédit, les fraudes à l’assurance sont autant de crimes qui se développent au Japon conme ailleurs.

De plus des femmes japonaises et étrangères sont victimes de trafic sexuel dans le pays. La majorité sont employées dans des maisons closes et subissent des traumatismes physiques et psychologiques.

À lire aussi sur dondon.media : 🗾 Le Japon vu du ciel en 8K 60 FPS

Il est également prouvé que de nombreuses personnes et organisations viennent de l’étranger pour profiter de la sécurité et parfois du laxisme associé au Japon :

  • De nouveaux gangs chinois et nigérians ciblent le pays en raison du faible taux de criminalité et parce que les Japonais ne sont pas préparés face à la criminalité.
  • D’autres nouveaux gangs russes de voleurs de voitures sont également connus pour cibler le Japon.
  • Une augmentation sensible des étrangers en situation irrégulière dans le pays, ici plutôt du fait de sa forte attractivité.

🕵️ Statistiques de la délinquance au Japon

Récemment le Japon connait moins d’un vol et un meurtre pour 100 000 habitants :

Tandis que les autorités japonaises résolvent plus de 75% des vols et 95% des homicides. La police a identifié moins de 2 millions d’infractions au Code pénal.

Et deux types d’infractions se dégagent : les larcins (65,1 % du total) et les homicides ou blessures par négligence résultant d’accidents (26,2 %). Elles représentent plus de 90 % des infractions pénales.

Après un pic du nombre de délits en 2002, ces derniers baissent d’année en année et le nombre de meurtres et de tentatives de meurtre a également baissé à un niveau au plus bas d’après-guerre !

📹 Un autre regard sur la délinquance au Japon :

Si vous êtes victime ou témoin d’un acte de délinquance au Japon, n’hésitez pas à signaler le problème à la police locale et :

  • Signaler immédiatement le crime au personnel du lieu ou vous vous trouvez ou à un poste de police local.
  • Dites « Chikan » ou « Stop » à haute voix à la personne. Cela devrait suffire à le dissuader. Ne jamais garder le silence, car cela peut aggraver la situation et encourager l’agresseur.
  • Noter tout signe distinctif ou accessoire afin d’essayer de l’identifier par la suite.
  • Appelez les secours au téléphone si nécessaire : 119, permet d’appeler les secours, ambulance, ou les pompiers. 110 pour joindre la police en cas de vol, d’accident de la circulation et vous pouvez également joindre la police en anglais au 03-3501-0110.

Pour recevoir les derniers articles dondon.media dès leur publication suivez-nous sur Facebook, Instagram, Twitter, par email ou flux RSS 💕

Auteur/autrice : Louis Senpai

Auteur #Actus, #BonsPlans, #Guides, #Culture, #Insolite chez dondon media. Chaque jours de nouveaux contenus en direct du #Japon et en français ! 🇫🇷💕🇯🇵

Vous avez la parole 👇