🥷 Les premiers RPG japonais et séries de JRPG

Découvrez les racines des RPG japonais – des premiers Dragon Quest, Final Fantasy, Ys jusqu’aux premiers Action-RPG.

RPG japonais JRPG

Au Japon les joueurs du début des années 80 devait choisir entre la Famicom (alias la NES) et trois machines 8 bits mythiques dont nous n’entendons que des chuchotements : le PC-8801, le Sharp X1 et le FM-7.

Quelques jeux comme Dragon and Princess / ドラゴンアンドプリンセス, Underground Exploration / 地底探険, ou encore Mission: Impossible / スパイ大作戦 ont lancé les prémisse du style JRPG sur ces machines.

À lire aussi sur dondon.media : 🗾 Visiter le Japon en jeux vidéo (ils vous donneront envie d’y aller)

Après quelques années de balbutiements, voici une sélection de quelques uns des premiers JRPG qui ont façonné le genre :

Dungeon – ダンジョン (décembre 1983)

C’est celui qui se rapproche le plus des « RPG modernes ». Il est facile de comprendre pourquoi. Immédiatement familier à quiconque a joué à Ultima, Dungeon vous demande de choisir une classe – Guerrier, Voleur, Clerc, Magicien ou Ninja – et d’explorer une grande île à la recherche de l’Eldorado.

The Black Onyx – ザ・ブラックオニキス (janvier 1984)

Henk Rogers (aujourd’hui plus connu pour ses relations avec Tetris) était un fan de RPG néerlandais/américain qui a déménagé au Japon et a remarqué un manque de jeux comme Wizardry. Il a donc décidé de créer le sien : The Black Onyx !

À lire aussi sur dondon.media : 🎴 Les meilleurs jeux se déroulant dans le Japon féodal

Mugen no shinzo – 夢幻の心臓 (mars 1984)

Mortellement blessé au combat, vous maudissez les dieux. Ils vous écoutent et vous bannissent dans un monde sombre de monstres, de trésors et d’aventures. Pour retourner dans votre propre monde le temps presse – vous avez 30 000 jours…

Tower of Druaga -ドルアーガの塔 (juillet 1984)

Conçu comme un « Pac-Man fantastique », ce classique d’arcade de Namco, d’une simplicité trompeuse, vous met dans la peau de Gilgamesh, qui doit escalader les 60 étages de la tour et sauver la princesse du maléfique Druaga.

Largement populaire au Japon, ses objets magiques et son combat en temps réel « bump » ont inspiré Dragon Slayer, Hydlide, The Legend of Zelda et bien d’autres. Il inspirera toujours les game designers, avec ses formats d’énigmes que certains jeux japonais comportent encore.

Dragon Slayer -ドラゴンスレイヤー (novembre 1984)

Dans Dragon Slayer vous êtes enfermé dans un immense donjon et chargé de tuer un dragon, mais vous commencez trop faible. Votre seul espoir est d’explorer lentement, de trouver des trésors et de les rapporter chez vous pour augmenter vos statistiques jusqu’à ce que vous soyez assez puissant pour tuer le dragon !

Hydlide – ハイドライド (décembre 1984)

Dragon Slayer restait à l’intérieur de donjons ennuyeux, mais Hydlide de T&E Soft a repris la formule de Tower of Druaga dans un monde ouvert coloré et une aventure épique où les joueurs doivent explorer le pays à la recherche d’objets magiques pour sauver la princesse – après avoir lentement accumulé de l’expérience.

Succès massif au Japon, il s’agit de l’un des JRPG les plus influents du début des années 80, à qui l’on doit l’introduction des sauvegardes rapides et de la régénération de la santé.

Xanadu – ザナドゥ (novembre 1985)

Dans Xanadu, lorsque vous touchez un ennemi ou que vous entrez dans un donjon dans Xanadu , le jeu passe en vue « arène » descendante, un peu comme ce que The Legend of Zelda utilisera plus tard.

Sorts, objets, équipements et divers ennemis rendent Xanadu beaucoup plus intéressant que ses prédécesseurs.

The Legend of Zelda  – ゼルダの伝説 (février 1986)

Miyamoto et son équipe reprennent la formule d’Hydlide et de Xanadu et créent le jeu culte que nous connaissons tous !

Ils ajoutent un bouton d’attaque, créé un monde immense rempli de secrets, conçu des donjons, des énigmes et des combats de boss intelligents, fabriqué des objets magiques qui ont un impact réel sur le gameplay et se sont débarrassés de toutes les statistiques, de l’XP, des niveaux et du grinding.

Ce faisant, The Legend of Zelda a créé un nouveau genre : l’action-aventure, où la série règne toujours !

À lire aussi sur dondon.media : 🎢 Découvrez le parc Super Nintendo World en compagnie de Shigeru Miyamoto [VIDEO]

Dragon Quest – ドラゴンクエスト (mai 1986)

Créé par Yuji Horii, un fan de RPG qui souhaitait toucher un public plus large, il mélangeait les combats à la première personne de Wizardry avec les PNJ et le monde ouvert d’Ultima, le tout enveloppé dans une interface basée sur des menus bien pratiques pour l’époque !

De plus tout le monde pouvait y jouer avec la Famicom et sa manette à deux boutons !

Amplifié par le style artistique coloré d’Akira Toriyama, un énorme succès était né : Dragon Quest s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires au Japon, donnant naissance à une grande série et définissant le genre JRPG.

Fait amusant pour les fans, en 1990, Enix a publié un manga relatant le développement du jeu, intitulé Road to Dragon Quest /ドラゴンクエストへの道. Il montre, entre autres, la passion du développeur pour Wizardry et Ultima.

Ys – イース (juin 1987)

Une équipe de Falcom pensait que les RPG devenaient trop exigeants et ne s’adressaient qu’aux joueurs hardcore. Ils ont donc décidé de créer un Action RPG axé sur le plaisir et l’aventure : Ys.

Ils ont donc décidé de créer un RPG d’action axé sur l’amusement et l’aventure. Le résultat est une saga épique légère et accessible avec quelques moments mémorables et l’une des meilleures bandes sonores du jeu vidéo.

Digital Devil Story : Megami Tensei – デジタル・デビル物語 ストーリー 女神転生 (novembre 1987)

Basé sur le roman du même nom, Megami Tensei d’Atlus met en scène Akemi Nakajima, un adolescent pirate qui utilise son 1337 h4x0r s|<1llz pour invoquer des démons. De façon choquante, cela se retourne contre lui.

Une fonctionnalité emblématique de la série étant que vous pouvez fusionner des démons pour en faire des démons plus puissants.

Jeu au prémisses d’une série culte, il a reçu de nombreuses suites et spin-offs, dont l’incroyable Shin Megami Tensei III : Nocturne et la série Persona, désormais ultra populaire.

Phantasy Star – ファンタシースター (décembre 1987)

Développé par SEGA et souvent élu meilleur jeu pour la Master System, Phantasy Star a élevé la barre des JRPG grâce à ses excellents graphismes, son casting mémorable et en ayant une histoire évolutive.

Final Fantasy – ファイナルファンタジー (décembre 1987)

Lors de la sortie de Final Fantasy les affaires de Square étaient mauvaises et Hironobu Sakaguchi était frustré par son travail, alors ils ont tout misé sur cette aventure incroyable.

S’inspirant de la formule de Dragon Quest, Final Fantasy est un jeu énorme, où quatre « héros de la lumière » doivent parcourir le monde – à pied, en bateau et en dirigeable – pour purifier les quatre orbes élémentaires.

Bien qu’elle ne se soit pas vendue autant que Dragon Quest, la série suivante a eu beaucoup plus de succès à l’étranger, et a fini par devenir la série de JRPG la plus connue au monde :

Pour recevoir les derniers articles dondon.media dès leur publication suivez-nous sur Facebook, Instagram, Twitter, par email ou flux RSS 💕

Auteur/autrice : Louis Senpai

Auteur #Actus, #BonsPlans, #Guides, #Culture, #Insolite chez dondon media. Chaque jours de nouveaux contenus en direct du #Japon et en français ! 🇫🇷💕🇯🇵

Vous avez la parole 👇